courge blanche
8 juillet 2021
moucheron tomate
8 juillet 2021

Qui sont les TAUPINS?

Les taupins sont les larves de taupins et il en existe environ 60 espèces en Grande-Bretagne. Seules quelques-unes sont des ravageurs et seulement trois espèces clés sont responsables de la plupart des dommages causés aux pommes de terre.

Il s’agit d’Agriotes lineatus, Agriotes obscurus et Agriotes sputator. Ces trois espèces sont largement répandues au Royaume-Uni et sont généralement présentes en populations mixtes dans le même champ.

Ils sont tous les trois aussi nuisibles les uns que les autres, les faibles populations (<100 000/ha) entraînant des pertes économiques importantes. Dans les cas les plus graves, des cultures entières peuvent être éliminées.

Quel est son cycle de vie ?
Les espèces britanniques de ténébrions pondent leurs œufs en mai et juin près de la surface du sol et sous la protection de l’herbe ou des mauvaises herbes. Les œufs éclosent après quatre à six semaines et ont besoin de végétation pour survivre.

Les larves peuvent passer trois à cinq ans dans le sol avant d’atteindre leur maturité (généralement en juillet-septembre), lorsqu’elles s’enfouissent dans le profil pour se nymphoser sur une période de trois à quatre semaines.

Il y a deux périodes d’activité principales pour les larves de taupins au Royaume-Uni. La première se situe entre mars et mai et la seconde entre septembre et octobre, la seconde période d’activité étant la plus dommageable pour les cultures de pommes de terre.

 

Solabiol SOSOL11 Insectes du Sol 1,1 kg | Taupins et Mouches de la Carottes, Utilisable en Agriculture Biologique

image amazon

Quelles sont les cultures de pommes de terre à risque ?
Les cultures de pommes de terre plantées après un enherbement de longue durée (plus de quatre ans) ont toujours été considérées comme les plus exposées aux attaques du taupin, car le ravageur préfère les sols non perturbés.

Les populations se construisent et restent constantes à un équilibre sous une ley. Il est probable qu’environ 60 à 70 % des champs d’herbe à long terme soient infestés par le ver fil de fer.

Cependant, les dégâts causés par le ver fil de fer sont de plus en plus souvent observés dans les rotations de cultures uniquement arables, et cette tendance à la hausse pourrait se poursuivre à mesure que les régimes de travail réduit du sol deviennent la norme entre les cultures de pommes de terre.

Les attaques de taupins sont de plus en plus souvent signalées à proximité des bords des champs, où les bordures herbeuses cultivées dans le cadre de programmes environnementaux sont plus courantes.

La recherche a également montré que les champs orientés au sud ou à l’est sont plus susceptibles d’abriter des populations importantes de taupins, car les températures plus chaudes du sol y sont plus favorables.

Quelles sont les méthodes culturales qui aident à la lutte ?
Dans la mesure du possible, les producteurs doivent éviter de cultiver des pommes de terre sur des terres infestées par le ver fil de fer.

Dans les rotations de cultures, c’est la culture qui a le plus d’effet sur la réduction du nombre de taupins, en tuant physiquement les larves et en les laissant exposées à la prédation. Idéalement, les terres destinées à la culture des pommes de terre devraient être labourées et hersées à l’automne.

D’après les expériences précédentes menées sur des variétés britanniques courantes, il n’existe pas de résistance variétale aux dommages causés par le ver fil de fer.

Lorsque le risque est identifié et qu’une culture sera plantée, le choix d’une variété à maturité précoce qui convient à une gamme de marchés permet de lever la culture tôt et d’éviter le pic d’activité du taupin en septembre ou octobre.

En savoir plusSavoir-faire
Visitez notre centre de savoir-faire pour obtenir des conseils pratiques sur l’agriculture

Gestion des cultures de pommes de terre
Le ver fil de fer aime aussi les mauvaises herbes, car elles protègent les œufs avant l’éclosion. En gardant les champs de pommes de terre propres entre la culture précédente et la plantation, vous épuiserez aussi les réserves de nourriture et contribuerez à supprimer les effectifs.

Ver fil de fer© Nigel Cattlin/Science Photo Library
Reste-t-il des produits chimiques conventionnels ?
Les producteurs entament leur première saison sans l’insecticide organophosphoré granulaire Mocap (éthoprophos), qui a été l’agent de lutte contre le taupin le plus efficace pendant de nombreuses années.

La némathorine (fosthiazate) offre une certaine réduction des dommages causés par le ver fil de fer, mais pas au même niveau que le Mocap et reste un produit destiné principalement à la lutte contre le nématode à kyste de la pomme de terre.

Il présente également un intervalle de récolte de 119 jours par rapport à l’intervalle de 80 jours de Mocap, ce qui le rend inadapté aux cultures de courte durée comme les pommes de terre à salade.

Le détenteur de l’homologation de la némathorine, Syngenta, développe un insecticide granulaire appliqué au sol et actif contre le ver fil de fer, mais on ne sait pas quand il sera homologué.

Certis, fabricant de produits agrochimiques et ancien titulaire de l’homologation du Mocap, est également à la recherche d’autres insecticides conventionnels et biologiques pour lutter contre le taupin.

Comment évaluer le risque de taupin avant de planter ?

Recherchez les indices
La plupart des producteurs connaissent bien l’historique des champs de leurs propres terres, mais lorsqu’ils louent des hectares supplémentaires, il peut être plus difficile de savoir si le ver fil de fer sera un problème.

Comme nous l’avons mentionné, l’aspect peut influencer le risque, tandis que les noms de champs (tels que « Old Meadow ») et les anciennes clôtures ou abreuvoirs peuvent suggérer un passé de pâturage.

L’inspection des racines des mauvaises herbes (comme le laiteron) et des pommes de terre spontanées dans les chaumes pour détecter les dommages avant une récolte peut également révéler la présence du ver fil de fer. On peut également les repérer sur le dessus des lits en marchant derrière une épierreuse en fonctionnement.

Dans les régions où les pommes de terre sont cultivées après l’herbe, certains producteurs utilisent une charrue à haies – un sillon ou un soc de charrue monté sur un cadre en A – remorquée derrière un petit tracteur ou un pick-up pour retourner quelques mètres de gazon.

On laisse ensuite cette surface pendant 30 minutes ou plus avant d’y retourner et d’inspecter la présence ou l’absence de taupin à la surface.

Échantillonnage du sol
Une méthode d’échantillonnage du sol mise au point dans les années 1940 consiste à prélever 20 carottes de 10 cm de sol pour un champ de 4 à 10 ha. Un échantillon agrégé est ensuite analysé en laboratoire pour déterminer le nombre de larves.

Il est préférable de procéder à cette analyse en automne et au début du printemps, avant la plantation.

Comme la limite de détection du ver fil de fer est de 62 500/ha et que les populations inférieures à cette limite peuvent quand même causer des dommages importants aux cultures, l’utilité de la méthode est discutable, à moins que l’infestation soit élevée.

Elle est également coûteuse et exigeante en main-d’œuvre, et la corrélation entre les résultats des échantillons et les dommages observés dans la culture est faible.

Piège à appâts
Les pièges à appâts sont largement considérés comme une méthode plus efficace d’évaluation des risques. Il s’agit de petits récipients en plastique perforés, partiellement remplis de grains et enfouis dans le sol pendant 10 à 14 jours, fin mars ou début avril, lorsque la température du sol est supérieure à 10 °C. Les graines en train de germer dégagent du gaz carbonique.

Les graines en germination dégagent du dioxyde de carbone et attirent le ver fil de fer dans et autour du piège, toute présence du ravageur influençant le choix du site ou toute décision de lutte.

Le piégeage à l’aide d’appâts n’est vraiment efficace que s’il n’y a pas d’autres sources de nourriture pour les taupins, donc les sites où il y a une culture en cours ou des mauvaises herbes peuvent masquer des populations économiquement nuisibles. Il n’est pas non plus fiable en début de saison, lorsque le sol est froid.

Piégeage des adultes
Les ténébrions adultes ne migrent pas et ne se déplacent que localement, de sorte que le suivi des nombres peut donner une bonne indication des problèmes potentiels – mais le suivi doit être effectué près d’un an avant la plantation d’une culture de pommes de terre.

Il existe des pièges à fosse et des pièges collants, mais des pièges à phéromones plus utiles, spécifiques aux trois principales espèces de ténébrions, sont désormais vendus dans le commerce.

Placés dans ou autour des champs destinés à la culture des pommes de terre au printemps suivant, les pièges à phéromones demandent beaucoup moins de travail et sont beaucoup plus sensibles que l’échantillonnage du sol.

Il est préférable de poser les pièges sur de courtes périodes (trois ou quatre jours) au début du mois de mai – en laissant les pièges plus longtemps, on risque d’attirer des doryphores de l’extérieur du champ.

Bien que les pièges puissent détecter de faibles niveaux d’adultes et fournir un avertissement précoce de problèmes potentiels de taupin dans la culture suivante, ils ne révèlent pas le nombre de larves et doivent être complétés par d’autres méthodes telles que l’échantillonnage du sol ou le piégeage d’appâts.

Existe-t-il des biocontrôles ?
Des essais réalisés au Royaume-Uni ont montré que les cultures de moutarde en biofumigation sont inefficaces contre le taupin. Il existe cependant un certain nombre de produits de lutte biologique en cours de développement ou proches du marché qui montrent une activité utile contre le taupin.

BASF espère faire approuver un produit biologique granulaire contenant le champignon entomopathogène Beauveria bassiana à la fin de 2022, prêt pour les plantations de pommes de terre de 2023.

Actuellement codé BAF480BCI, BASF a réussi à encapsuler le principe actif dans un granulé qui attire le ver fil de fer et l’expose au champignon, qui le tue après plusieurs jours.

Appliqué à raison de 10 kg/ha avec des applicateurs de granulés standard, le produit a fait l’objet d’essais dans toute l’Europe aux côtés du Mocap. Le Mocap a permis de réduire en moyenne de 67 % les dommages causés aux tubercules par le taupin, tandis que le BAF480BCI a permis une réduction légèrement inférieure à 50 %.

BASF affirme que ce produit ne résistera pas seul aux pressions exercées par les fortes populations de taupins, mais qu’il fournira des résultats très utiles dans le cadre d’une stratégie de lutte intégrée où les chiffres sont plus « raisonnables ».

La société allemande Biocare est une autre entreprise qui propose un produit similaire, mais elle utilise le champignon entomopathogène Metarhizum brunneum. Pour l’instant, l’Attracap n’est autorisé qu’en Allemagne et au Luxembourg.

Appliqués dans les sillons, les granulés absorbent l’humidité du sol et libèrent du dioxyde de carbone qui attire le ver fil de fer, ce qui met le ravageur en contact avec les champignons. Après l’infection par le champignon, les vers fil de fer meurent au bout de plusieurs jours, en fonction des conditions de sol et de température.

Le groupe Biocontrol and Natural Product (BCNP) de l’université de Swansea, dirigé par Tariq Butt, a également connu un certain succès en identifiant et en testant des agents de biocontrôle, notamment Attracap et des taches d’un champignon entomopathogène similaire, Metarhizum anisopliae.

Puffin Produce, producteur et emballeur de produits frais basé dans l’ouest du Pays de Galles, a fourni des sites d’essai pour certaines des recherches menées dans le cadre du projet par Ben Clunie, étudiant en doctorat.

Stephen Mathias, responsable de Puffin Produce, explique que la région galloise de culture de pommes de terre souffre parfois du ver fil de fer, car l’herbe fait souvent partie de la rotation des pommes de terre.

Il rapporte que les bons résultats de mortalité du ver fil de fer obtenus en laboratoire avec les agents Metarhizum n’ont pas été transférés sur le terrain, avec des résultats modérés, de sorte qu’actuellement les biocontrôles ne conviendraient pas à une utilisation dans des situations de haute pression.

Cependant, il est optimiste et pense qu’avec les développements futurs, les contrôles biologiques tels que Metarhizum spp. joueront un rôle dans le futur.

L’étude de M. Clunie porte également sur le potentiel des fumigants naturels et des huiles essentielles de plantes pour inhiber ou tuer le ver fil de fer. Les résultats sont attendus à la fin du projet dans le courant de l’année.

Le ver fil de fer – vue du terrain
Pour Martyn Cox, expert indépendant en pommes de terre, la perte d’une série d’actifs agressifs pour lutter contre le taupin – des années 1970 jusqu’au retrait du Mocap l’année dernière – signifie que l’industrie doit adopter une vision à plus long terme pour gérer le ravageur.

M. Cox affirme que la réglementation des pesticides ne va pas se relâcher et que, même si les biocontrôles qui arrivent sont utiles, ils ne seront pas aussi efficaces que le Mocap. Il est donc vital de combiner toutes les méthodes de gestion intégrée des cultures décrites dans cet article, et surtout de cultiver.

En outre, il considère que le fait de cibler les adultes avant qu’ils ne pondent leurs œufs sur les terres cultivées chaque année est un moyen de réduire les populations de larves, qui peuvent être problématiques jusqu’à cinq ans.

Un ténébrion adulte pond environ 150 à 200 œufs. Identifier le moment où il est actif et le cibler avec des insecticides pyréthrinoïdes entre deux cultures de pommes de terre pourrait contribuer à réduire les larves à des niveaux minimaux.

« Le problème, c’est que cela nécessiterait une plus grande implication de la part de la direction tout au long de la rotation, ce qui n’est pas toujours possible avec les méthodes actuelles, en particulier sur les cultures de pommes de terre.