Isabel Marant présente ses excuses pour son appropriation culturelle par le ministère mexicain de la Culture
23 novembre 2020
15 jolies plantes qui pourraient vous tuer
23 novembre 2020

Le Black Friday est presque là (27 novembre) et nous, chez EWP, avons reçu beaucoup de courriels d’entreprises conscientes concernant cette journée de vente fondée aux États-Unis. Certaines marques participent aux ventes et aux promotions tandis que d’autres adoptent une position «non».

Citizen Wolf, une entreprise primée basée à Sydney qui fabrique des t-shirts sur mesure en utilisant la technologie à la demande pour réduire les déchets, «détourne le Black Friday» avec son Fridye noir concept, offrant un service de re-teinture de vêtements pour prolonger la durée de vie de tout vêtement de n’importe quelle marque apporté par un client. «Black Fridye offre le même effet dopaminergique que le transport de quelque chose à rabais, mais avec 95% de carbone en moins», déclare Zoltan Csaki, cofondateur de Citizen Wolf. Selon l’entreprise, la re-teinture des vêtements crée 95% de carbone en moins par rapport à la fabrication vierge.

Citizen Wolf, la marque consciente basée à Sydney, proposera un service de teinture de vêtements Black Fridye le Black Friday. Photo: citoyen Wolf.

La bijoutière éthique, Arabel Lebrusan de Lebrusan Studio, a annoncé qu’elle boycotterait le Black Friday de cette année et qu’elle reverserait à la place 20% du produit des ventes du cyber week-end (du 27 novembre au 1er décembre) à The Water Project, une organisation caritative dont L’objectif est de garantir l’accès à une eau propre et fiable dans toute l’Afrique subsaharienne.

La marque espagnole BEFLAMBOYANT, fabricant de baskets vegan unisexes durables, prend une position ferme contre la journée de vente, lançant leur #SayNoToBlackFriday campagne digitale visant à sensibiliser aux effets néfastes du Black Friday sur l’environnement. «Les marques doivent avancer et s’opposer à cette vente aux enchères de matérialisme, c’est un jour sans signification qui cause de terribles dommages à la planète», ont déclaré les fondateurs de BEFLAMBOYANT Jorge Lopez Rodriguez et Tatiana Gonzalez Martinez dans un communiqué de presse.

Article connexe: La pandémie a beaucoup d’entre nous appréciant ce que nous avons; Alors, allons-nous acheter moins?

Compte tenu des impacts économiques et financiers des verrouillages pandémiques sur les entreprises et les particuliers, nous nous sommes tournés vers notre communauté Instagram soucieuse du développement durable et avons sollicité leur avis sur les questions suivantes relatives au Black Friday.

  • Si vous dirigez une marque éthique ou durable, envisagez-vous de participer au Black Friday cette année? Avez-vous déjà participé? Pourquoi pourquoi pas?
  • Si vous êtes acheteur, comptez-vous profiter des soldes cette année? Pourquoi pourquoi pas?

Comme prévu, les réponses ont été mitigées.

Photo: SeventyFour.

Une adepte de «Niina» reconnaît que les bonnes affaires pourraient entraîner du gaspillage, mais dit qu’elle ferait des achats en magasin dans les petits magasins locaux et ne participerait aux achats en ligne que «si c’était ma seule option avec le magasin».

Un autre adepte “kafurineee” écrit: “Je prévois de profiter de la vente cette année pour un aspirateur et peut-être un cadeau ou deux pour les prochaines vacances de Noël. Ce n’est pas particulier au Black Friday, d’autant plus j’ai besoin de ces articles et donc à la recherche de ventes. “

Isabella Lynnette, “ gourou bio ” autoproclamée et fondatrice de la plateforme de bien-être Fuel for the Body, estime que les gens devraient opposer leur veto à cette journée. «Boycottez ce jour-là. Boycottez même le cyber lundi. Tout est commercialisé de toute façon, je fais des achats chaque semaine et je mets des dollars là où ils comptent POUR la planète.

Article connexe: Les organismes de bienfaisance sont également touchés par les verrouillages COVID-19

Lynette a raison. Il semble que tout est commercialisé de nos jours, des recommandations des influenceurs sociaux au placement de produit dans les films, en passant par les gains financiers et les comportements de recherche de profit et la prise de décision fait partie de la vie quotidienne moderne. Et la commercialisation et le consumérisme ont eu un impact indéniable sur la planète. Une étude menée par la Fondation Ellen Macarthur estime qu’un camion de textiles est gaspillé chaque seconde. La Banque mondiale s’attend à ce que les émissions de carbone de l’industrie de la mode augmentent de 50% d’ici 2030 si la consommation de mode se poursuit aux niveaux actuels. Et comme 63% des fibres textiles sont actuellement issues de la pétrochimie (rejet de microfibres dans nos cours d’eau), le problème de la pollution plastique devrait s’aggraver.

Mais alors que les acheteurs peuvent choisir de boycotter le Black Friday et d’économiser de l’argent en le faisant; une entreprise qui choisit de boycotter a un coût financier, aggravé par la pandémie.

Publicité

En réponse à la publication Instagram d’EWP, Casey Dworkin, fondatrice de la marque de chaussures de luxe durables Sylven New York, partage à quel point l’année a été difficile et comment elle prévoit de procéder; «Dans le passé, j’ai fait à la fois un petit pourcentage de mes collections de chaussures durables et une partie des profits étant reversée à une organisation caritative spécifique.

“ Cette année, j’ai l’intention de faire une autre campagne de dons caritatifs et je me demande toujours si je dois offrir un pourcentage de réduction pour rester compétitif. Ce fut sans surprise une année extrêmement difficile pour nous, et nous voulons faire tout ce que nous pouvons pour soutenir nos clients, mais nous avons également plus que jamais besoin de leur soutien.

Danielle Butler, fondatrice de Whollygrail, un marché australien de style de vie durable, respecte toute décision prise par un propriétaire d’entreprise conscient. «Je respecte le droit de choisir de chaque entreprise. C’est de la commercialisation – comme pour beaucoup d’autres choses, comme la livraison gratuite, etc. cependant, nous sommes des entreprises durables en concurrence dans un système non durable, nous devons donc nous rendre accessibles aux consommateurs, sinon personne ne gagne et le système reste le même. J’aime appeler cela un vendredi vert. »

Qu’un propriétaire d’entreprise ou un acheteur conscient choisisse de participer au Black Friday – ou au Green Friday – cette année, il est clair que COVID-19 a érodé l’autosatisfaction et l’élitisme éthique qui se dressait dans les années passées et a suscité une plus grande empathie et compréhension au sein de la communauté.

Recommander la lecture:

Image de couverture via Citizen Wolf.

Vous avez apprécié ce post et vous voulez montrer votre gratitude? Alors soutenez Eco Warrior Princess sur Patreon!